Le premier écomusée de France

 
Un écomusée inédit jette l’ancre au large de l’île Sainte-Marguerite. Une grande première en France, des sculptures visibles sous la mer pour offrir une expérience inoubliable pour les amoureux de la Côte d’Azur. Le jeudi 28 janvier, le grand artiste, mondialement connu, Jason deCaires Taylor a fait immerger les pierres de ses sculptures au fond de la mer pour émerveiller l’horizon sous-marin méditerranéen. Cet artiste, soucieux de la destruction de l’écosystème sous-marin nous conscientise à travers cette nouvelle forme d’art. Cet écomusée a de quoi attirer l’attention ! Des sculptures, des masques, et des visages uniques représentatifs des Cannois s’exposent pour stupéfaire tous les curieux de la mer. La cité des festivals est actuellement le seul endroit en France à proposer cette version sous-marine des écomusées.

Qu’est-ce qu’un écomusée ?

Logiquement, lorsqu’on entend le terme écomusée, on l’associe directement à l’écologie. Néanmoins, le préfixe « éco » est souvent trompeur, parce qu’il ne s’agit strictement pas de stratégies écologiques ? Plus exactement, un écomusée aide à soutenir et à conserver les patrimoines d’une communauté. Trois grandes catégories d’acteurs sont principalement concernées dans l’écomusée : le personnel, les visiteurs et les habitants locaux. À la différence des musées traditionnels, les écomusées dépendent totalement de l’implication et de la participation de ses visiteurs. Elle est alors plus participative et expérimentale que le style traditionaliste. La tendance des écomusées fait ravage actuellement. Beaucoup d’artistes y focalisent leurs œuvres pour redonner vie un écosystème endommagé par l’activité humaine.

Un écomusée sous-marin à la fois écologique et artistique

Jason deCaires Taylor est un artiste britannique hors pair. National Geographic a classé ses oeuvres parmi les 25 meilleures merveilles du monde. Cette fois-ci, il a choisi Cannes, comme le premier lieu d’exposition de ses chefs d’œuvres en Méditerranée. Jason deCaires milite avec ferveur pour la protection des milieux sous-marins. L’artiste se fait connaître à travers ses silhouettes et visages inquiétantes. Ses créations mélangent la poésie et l’écologie pour sensibiliser la population à la préservation de l’environnement sous-marin. « Les statues serviront d’abris aux animaux et aux plants sous-marins », Jason deCaires. En parcourant cet écomusée sous-marin, les visiteurs peuvent élargir leur esprit. En effet, ils peuvent se renseigner sur les domaines qui ne font pas partie de leur vie quotidienne. Cet écomusée titille l’imagination à travers ses messages de sensibilisation. Les installations de deCaires invitent les visiteurs à avoir une réflexion sur la santé environnementale des océans.

C’est grâce à l’initiative de David Lisnard, maire de Cannes, que le premier écomusée sous-marin en France a vu le jour. Les statues exposées sont réalisées à partir de matériaux écologiques pour favoriser le retour de la faune et de la flore sous-marine. À la faveur de la demande du Maire, le grand artiste Jason deCaires s’est enthousiasmé pour mettre en place cette initiative, sous le thème du « Masque ». Le thème, choisi conjointement par le maire de Cannes et l’artiste, évoque le mystérieux Homme au masque de fer, emprisonné pendant onze ans sur l’île. Six statues sont exposées dans cette mer méditerranéenne, uniquement composées de matériau sous-marin au pH neutre. Les sculptures sont accessibles facilement aux plongeurs équipés d’un masque et d’un tuba. En effet, elles se trouvent à 84 mètres du rivage à une profondeur de 5 mètres au maximum

Un écomusée sous-marin créé avec la participation des Cannois

Les personnages dans les écomusées sont très importants. Ils permettent de faire naître la fantaisie et l’imagination auprès des visiteurs. À Cannes, ils se matérialisent par des visages de statues hautes de deux mètres. Ces statues ont été réalisées avec l’aide de citoyens bénévoles de Cannes. Cet écomusée sous-marin a été conçu spécialement pour la ville française. Les figures ont été réalisées à partir d’un moulage des visages de six bénévoles cannois, en 2018. En juillet 2018, l’artiste avec ses deux assistants a effectué ce moulage pendant trois jours après une exposition au Fort de l’île Sainte-Marguerite. La diversité de la population cannoise a été représentée à travers ses œuvres, voici les noms et âges respectifs de ces bénévoles :

Maurice MERENDA, 78 ans, pêcheur/skipper

Eugène KUSTOV, 30 ans, indépendant

Anouk VANGHENT, 7 ans, lycéenne à l’époque

Nour BRADAI, 20 ans, étudiante

Marion BEAUDIN, 29 ans, médiatrice culturelle

Dominique ROYAL, 54 ans, salarié

L’emplacement de ce site écologique sous-marin a été spécialement choisi pour étendre la zone protégée sur Cannes. Avant l’installation de cet écomusée, ce site a été victime d’une forte dégradation due aux activités humaines. Aussi, cette initiative a pu permettre l’observation de l’évolution de la biodiversité marine.

Vous pouvez également rendre inclure le développement durable, et la préservation de l’écosystème dans vos projets. Faites appel à l’expertise de Tiveria afin d’obtenir un accompagnement pour impacter positivement dans votre communauté. .

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *